Vernissage le 19 avril à 18h

 

Exposition Maudits ! - Charles Szymkowicz
Du 20 avril au 21 juillet 2024

 

 

CE PRINTEMPS, LE MUSÉE DE L’HOSPICE COMTESSE, MUSÉE D’ART ET D’HISTOIRE DE LA VILLE DE LILLE, MET A L’HONNEUR L’ŒUVRE DU PEINTRE BELGE CHARLES SZYMKOWICZ, FIGURE MAJEURE PARMI LES PRÉCURSEURS DE LA NOUVELLE FIGURATION ET DU NÉO-EXPRESSIONNISME EUROPÉENS. 

 

Le poète et compositeur français Léo Ferré (1916-1993) a dit de lui  : 
« Charles Szymkowicz  vous prend par les yeux et ne vous lâche plus »

 

Le peintre de l’âme

À l’occasion de la vaste exposition qui lui est dédiée dans la majestueuse salle des malades et la chapelle, Charles Szymkowicz nous dévoile des portraits d’êtres intimes et d’artistes phares qui lui sont chers. Il s’agit de peintres, de sculpteurs, de compositeurs, de poètes, d’écrivains, de philosophes et d’autres héros anonymes issus de tous les siècles. 

Ses tableaux monumentaux, aux couleurs vives, font éclater la vérité des sujets sous les torrents de ses brosses. Ce peintre de l’âme analyse les visages avec une sincérité totale faisant coïncider la force du geste et l’authenticité de l’émotion.

 

 « L’artiste maudit » comme figure humaine centrale

Charles Szymkowicz nous offre un saisissant « face-à-face ». Par ses œuvres, d’une originalité assumée, il partage avec tous les publics sa dévorante passion pour la figure immortelle de « l’artiste maudit », notion popularisée au 19e siècle et à l’époque romantique. 

Dans son univers expressif, la figure du Maudit possède tous les visages, toutes les cultures, toutes les formes. Elle est aussi bien les poètes Arthur Rimbaud, Paul Verlaine, Charles Baudelaire que la star Marilyn Monroe ou la chanteuse brisée Amy Winehouse tout comme le génie torturé de Vincent Van Gogh. Ces portraits de Szymkowicz dérangent parfois, bousculent souvent, parce qu’ils ne flattent pas nos attentes. Ils sont l’expression d’une douleur mais également d’un formidable espoir qui nous rappelle que la figure du Maudit parle aussi de nous.

 

Des œuvres hors des normes

La puissance du témoignage pictural de Charles Szymkowicz - à travers plus de 200 œuvres - fait écho à la force des lieux investis au Musée de l’Hospice Comtesse, à commencer par son œuvre autobiographique gigantesque intitulée « L’atelier ». Réalisée à l’aube des années 1970 et déployée sur une trentaine de mètres dans la grande salle des malades elle est montrée pour la toute première fois en France.  

Cet atelier est, écrit-il, « la clinique du désespoir et de l’espoir enlacés. 
La pharmacie toujours de garde du tragique transfiguré
».*

Cette représentation prend alors tout son sens dans cette salle des malades dans laquelle on prodiguait, dès le 13e siècle, des soins au corps et à l’esprit.

La chapelle, quant à elle, abrite des œuvres sculpturales sur le thème de la bombe atomique, dont un impressionnant
« relief » mettant en valeur le travail de Charles Szymkowicz autour de l’utilisation exubérante de la matière et des pigments. 

 

* Extrait de Léo à Charleroi. Éditions La Mémoire et la Mer, 2003.

 

Galerie


Ressources

Vous êtes enseignant.es ? Ces visites et ateliers sont faits pour vous :

Fiche enseignants - Maudits ! - Charles Szymkowicz

Télécharger
Taille: 4.62 Mo Extension: pdf Publié le 12 Avr. 2024